PHNOM PENH

IMG_1672

GÉNÉRALITÉS

Pays: Cambodge

Voyage: Mars 2014 / 2,5 jours

Période recommandée: de Novembre à Mars

Durée recommandée: 2 jours

Budget: $

Sites visités:

ligne separatrice

ASPECTS PRATIQUES

Transport: Vol Singapour ↔ PhnomPenh : 130 SGD avec Jetstar. Sur place, se déplacer en TukTuk.

Logement: Nous avons dormi une nuit chez des amis cambodgiens. Pour la seconde nuit, hôtel: le Me Mates Villa. Très bien situé, personnel impeccable, les chambres (dortoirs) sont bien jolies et propres, la terrasse est très agréable. 9USD/pers/nuit.

IMG_1661

Restauration: Khmer Surin: restaurant Khmer au cadre super, un peu touristique, et bon repas. Le 2ème étage offre une jolie terrasse / Magnolia: restaurant vietnamien plus local avec une ambiance de colonie française / Pic Nic à Kvien Svay Krao: super (voir carte + récit)

Khmer Surin

Khmer Surin

Magnolia

Magnolia

Kien Svay

Kien Svay

Conseil important 1: Pas de genoux, ni d’épaules découvertes (même si foulard) pour le palais royal –> prévoir un T-shirt à manche.

Conseil important 2: N’achetez pas à manger aux enfants qui vous le demandent, c’est un piège diabolique! Vous achetez du lait, le plus cher à la demande de l’enfant, il vous remercie, puis va rendre l’achat au propriétaire du magasin pour en toucher une commission. Par contre, très important aussi, j’ai rarement rencontré en Asie des vendeurs pots-de-colle aussi souriants et agréables, sans blague.

A ne pas manquer: Comprendre pourquoi le monde déteste tellement PolPot, à raison, admirer la beauté de la capitale cambodgienne dans la grandeur humble de son palais et de ses pagodes,  sourire aux gens, et essayer de traverser un marché sans avoir mal au cœur.

IMG_1621

ligne separatrice

RÉCIT

Un weekend pas comme les autres, dans la vie d’une famille cambodgienne.

IMG_1738

1er jour

Par un concours de circonstances et d’amitiés, nous sommes accueillis par une famille de Phnom Penh, capitale du Cambodge. C’est Mathieu qui s’est occupé de la coordination. Du coup, on ne sait ni qui on va voir, ni où on dort, ni ce qu’on va faire. Je suis ravie.

On vient nous récupérer à l’aéroport en famille, et on nous propose un planning pour les deux jours qui viennent: ça s’annonce super bien. Je demande: c’est comment Phnom Penh? C’est super, agréable, un peu petit, plutôt tranquille. “Plutôt… tranquille??!?” Il y a des tuktuks partout, les routes sont en terre avec plein de poussières, ça klaxonne dans tout les sens: Tranquille? En ¾  heure, on a du faire 1 km, et des gars font des feux de plastique au bord de la route, il doit faire 35 degrés dehors, Tranquille?… et bien oui, incroyable, avec leur grosse voiture dans ce capharnaüm, nos amis restent effectivement… tranquilles!  Les scooters frôlent la voiture, elle frôle les scooters, le chauffeur tape le dessous de la voiture sans s’en soucier vraiment… ouais… les gens ici sont tranquilles.

On profite de la fin d’après-midi, on se dirige vers le centre, et nous nous baladons tranquillement :

  • vers le monument de l’indépendance: Il y a non loin une statue du roi , mort en 2013. Nos amis nous expliquent qu’ils sont encore un peu affectés et en deuil: le roi est vraiment très aimé au Cambodge.

IMG_1611

  • Autour du Sisowath Quay: on peut jouer avec les pigeons, et on peut aussi acheter des petits oiseaux en cage, qu’il faut libérer un faisant un vœu

IMG_1824

  • Dans le Central Market: Un bâtiment immense de style Art Déco, sympa, mais pas mon marché préféré.

IMG_1642

Puis nous rentrons pour dormir chez nos amis, qui vivent dans une très jolie et très grande maison en périphérie du centre de Phnom Penh: La maison est construite en long, donc étroite, mais s’élève sur 4 étages. Évidemment, on enlève nos chaussures à l’entrée. A l’extérieur, une maison en miniature, pour abriter les esprits. A l’intérieur, un grand meuble, une télé, quelques chaises, beaucoup de photos, et un petit temple pour se recueillir. On rencontre la petite SreyKa (ne parvenant pas à la prononcer correctement, je décrète donc unilatéralement que son nom sera Stroïka pour la fin du séjour), qui ne va pas encore à l’école mais qui est déjà pleine de vie, entourée de l’amour de sa grande sœur, Vin, qui rêve de devenir décoratrice d’intérieur, de son grand frère, Vik qui commence des études d’architecture, de ses parents qui travaillent très dur, presque 7 jours sur 7, et leur grand-mère, mamie, une ancienne danseuse Khmer du Palais Royal, avec ses traits du visage magnifiques et aimants, qui a l’air d’avoir vécu 100 vies, et semble avoir connu autant le sacrifice et la douleur que l’amour et la douceur de vivre.

IMG_1664

On apprend beaucoup de choses à leurs contacts, les années PolPot, terrible pour tous les cambodgiens, les difficultés qui ont suivi, le rythme de vie local, les liens familiaux forts qui les unissent… La communication en anglais n’est pas aisée tout le temps, mais suffit à nos échanges. On nous offre alors une chambre avec Air Cond, parfaite pour la nuit, dans un lit comme j’en ai trouvé qu’au Ladakh (Himalaya Indienne).

IMG_1661

2ème jour

Réveil matinal pour se caler sur la vie Cambodgienne. Ça passe.

Petit déjeuner local pour se caler sur la vie cambodgienne. Ça passe pas:

IMG_1663

J’ai un peu mal au cœur pour être honnête. Quel meilleur moment pour se rendre a Choeung Ek, autrement dit: les “killing fields”, autrement dit… les champs de la mort.

Il s’agit d’un charnier où 17000 personnes ont été exécutées, par le régime communiste extrémiste et fou de PolPot. Un vrai respect s’impose en ce lieu. Aujourd’hui, on peut voir un mémorial en forme de stuppa avec 8000 crânes dedans, situé au milieu des 129 fosses. Émouvant. Une bonne claque dans le visage. Ou plutôt un camion. Plus de 2 millions de morts, parce que un homme, PolPot, avait décidé de créer une nouvelle société communiste, où, grossièrement synthétisé par moi-même, seuls les paysans vivent, et les autres doivent être éliminés. PolPot, qui ne se montrait jamais, aimait d’ailleurs bien les slogans “Il vaut mieux arrêter dix personnes à tort qu’en libérer une seule par erreur“…

Un autre qui raisonne encore dans ma tête, pour expliquer l’élimination des bébés et enfants d'”ennemis”du peuple: “Quand on arrache les herbes, il faut en extirper toutes les racines“. A Choeung Ek, c’était là, contre un arbre, qu’on éliminait les “racines”…

IMG_1677

On se remet doucement de cette visite, qui très certainement n’empêchera de nouveaux fous à reproduire la même chose dans d’autres pays.

Mais la vie est là, et ce n’est pas Stroïka qui nous contredira.

IMG_1725

Parenthèse: elle aura passer la journée avec nous, sans une sieste, sans un jouet, sans ses parents, avec que des adultes et n’aura pas pleurer une seconde. Au contraire, elle jouera sur le trajet à cligner des yeux: yeux fermés = rien / yeux ouverts = je rigole. Respect.

Après un tour par la maison de notre amie Soshanda, située dans la ville d’origine de sa maman, nous partons déjeuner à Wat Kien Svey Krao à 20km du centre, dans des petites paillotes en bois suspendues au dessus d’un lac de nénuphars, où on peut aussi vous reposer dans un hamac. Durant cette journée, Da et Sathya, eux amies adorable de la famille, nous accompagne dans le quotidien des cambodgiens.

IMG_1717

Vous ne pouvez pas imaginer comme ce déjeuner fut un plaisir de douceur et un régal de saveurs. Parfait..

On continue ensuite notre visite culturelle par le Musée du génocide, , un ancien lycée transformé en centre de tortures sous PolPot. Les photos des 14.000 prisonniers sont exposés. Les Khmers rouges savaient tenir leurs comptes. Seuls 11 personnes en sont sorties vivantes. Pas croyable. Pas croyable non plus la misère dans laquelle vivaient ses pauvres gens dans ce centre.

IMG_1729

C’est chaud, c’est dur, mais il faut passer par là, pour comprendre la douleur que porte encore les gens aujourd’hui comme un fardeau, ces gens qui n’ont pas compris pourquoi leur frère tuait leur autre frère, ce fardeau qui détruit toute estime de soi.

On finit cette journée lourde et légère à la fois, par la visite du temple Khmer Wat Phnom. Cette pagode daterait du XIV siècle, bien que le bâtiment actuel ne date que de 1926. La grand mère “Penh” (d’où Phnom Penh) aurait trouvé 4 statues de Bouddha su le bord du Mékong, qui auraient alors été transportées sur cette colline pour être vénérées.

IMG_1744

En soirée, on s’offre pour 2 dollars, attention, une ballade en péniche ambiance club disco, avec que des adolescents boutonneux qui mangent des chips.. et ben franchement la musique cambodgienne style années 80 mais pourtant sorti dans les bacs au mois de Novembre 2013, ça déchire.

10170799_10201778660053973_2052562162_n

3ème jour

C’est parti pour la tournée des grands ducs, ou plutôt des grands monarques:

IMG_1770

On commence par le Palais Royal, où vit toujours actuellement le roi, avec sa famille. Du coup il faut bien se renseigner avant pour les horaires (il est fermé entre midi et deux), et pour les jours de visite, desfois que le roi déciderait d’organiser une exécution privée dans son modeste chez-soi. Il faut aussi être correctement habillé. Une fois ces instructions en tête, pour pouvez rentrer dans l’enceinte: je trouve le palais très serein, très raffinée, sans être grandiose ou prétentieux.

IMG_1771

Il est relativement récent: fin du XIX siècle. Avant, la famille royale siégeait dans plusieurs endroits, le plus mythique étant à Ankgor, jusque vers 1400. Se trouve également au sein du Palais la Pagode d’argent, dont le sol est composé de 5000 dalles d’argent

IMG_1778

Elle entourée de jardin, et d’une fresque en mauvais état malheureusement:

IMG_1784

On prend ensuite une pause déjeuner au restaurant Khmer Serin, où je resterais bien pour une sieste.

Khmer Surin

Khmer Surin

L’après midi se poursuit par la visite du musée national, qui retrace la puissance mal connue des Khmers sur la région. Bon, on ne va se le cacher, c’est pas le Louvre, mais je pense qu’avec un guide, on doit avoir un vrai plaisir à comprendre la signification de chaque statue. Quoiqu’il en soit, le bâtiment est franchement élaborée, de couleur rouge terre, et est bien rafraîchissant en début d’après-midi.

IMG_1765

On finit la journée en prenant un verre sur le toit d’un immeuble, puis en se baladant au marché Phsar Chas (il faut absolument, mettre les considérations d’odeurs, d’esthétique et de bruit de côté et s’enfoncer dans les ruelles du marché qui offre des tonnes de surprises: il y a une vraie vie à mille lieux de la notre dans le cœur de ce marché: un des meilleurs moments du séjour… On traverse quelques rues à putes bien glauques qui plairaient à certains copains dont je tairais le nom…:)

IMG_1827

Je pense qui si Phnom Penh est votre premier voyage en Asie, essayez d’occulter le côté bruyant et bordélique de la ville, car c’est une cité qui mérite vraiment qu’on s’y arrête, au moins deux jours: ses parcs, ses sourires, ses simplicités de la vie quotidienne, ses marchés sont autant de bouffées d’authenticité qui manquent parfois, je vous l’assure, à beaucoup d’autres lieux touristiques d’Asie.

En conclusion, je trouve qu’il y a vraiment une bonne atmosphère à Phnom Penh.

IMG_1792

Un commentaire? Un message? c’est par ici.

Photos

Photos