Notre voyage en Inde: Pourquoi? Comment?

Image1

Pourquoi l’Inde?

Ça ne tient vraiment pas à grand chose:

Janvier 2011: Une décision s’impose: trouver du travail, ou glander pendant 2 mois à l’étranger: on choisit les vacances! Mais quel pays? Mongolie, Amérique du Sud, Maldives, Australie? Une copine, Laura, partage avec moi en 4min 32, autour d’un demi, son bonheur d’avoir été en Inde: c’est beau, spirituel, il y a un vrai sens humain là-bas, on se sent tellement libre: banco, on achète les tickets d’avion!

Sauf que après avoir acheté les billets, d’autres copains semblent ne pas partager exactement le même ressenti:

Ils nous mettent en garde contre tout ça: saleté, insécurité, misère, déformations à la Tchernobyl, maladies, cafards, embrouilles, hommes araignées, bébé chatons agonisants, pollution, vers instestinaux, tourista… certains vont même jusqu’à nous expliquer qu’ils sont rentrés après trois jours tellement ils étaient dégoutés… Oh con… On a peut-être fait une grosse connerie.

ligne separatrice

Le parcours

Je fais fis de toutes ces fillettes, moi, j’ai peur de rien, et encore moins des plaies ouvertes, et des cafards: voici comment s’organisera notre voyage dans les grandes lignes:

Départ le 4.4 2011: départ depuis Prague, pour Thiruvananthapuram (= Trivandrum), avec stop à Moscou, Delhi, Bombay: la galère!

15 jours : Kerala: Kovalam – Varkala – Kollam – Allepey – Kumarakum – Munnar

DSC01974

6 jours: Madurai et Karnataka Sud:  Ooty, Mysore, Bangalore

DSC02410

6 jours: Goa

DSC02638

18 jours: Rajasthan: Jodhpur – Jaisalmer – Ranakpur – Udaipur – Chittorgarh- Bundi – Pushkar – Jaipur – fatehpur sikri

DSC03256

2 jours: Agra

DSC04257

3 jours: Delhi

DSC04322

15 jours Ladakh: Leh – Tso Moriri – trek 5 jours – route des temples  – vallée de Nubra

DSC05167

Retour vers Prague le 9.6.2011: retour depuis Delhi en passant par Moscou

ligne separatrice

Dans mon sac

  • Pharmacie: Anti septique, anti diarrhéique, anti nausée, paracétamol, pansements (anti ampoules), crème anti moustique, goute pour les yeux, du produit antibactérien.
  • Trousse de toilettes: tampons (on en trouve pas là bas), déo, brosse à dent, creme hydratante, dentifrice, petit miroir, peigne
  • Sac à viande
  • Crème solaire
  • Papier toilette: toujours en avoir dans son sac!
  • Serviette éponge (ne prend pas de place)
  • 2 photos identités au cas où
  • Mp 3 et 1 livre
  • Boule kies
  • 2 Cadenas à combinaison
  • Basket et tongs à scratch (oubliez le glamour)
  • Originaux et Photocopies: coordonnées assurance, Passeport, Billet d’avion, visa, carte bleu, permis de conduire français et international, coordonnées en cas d’urgence, numéro ambassade (gardez un scan dans votre boîte email aussi)
  • Carnet de note: je conseille vivement de tenir un journal pour un long voyage!
  • Lunettes de vue et de soleil
  • Casquette
  • Lampe frontale
  • Appareil photo
  • Pantalon ample: 2
  • Short long ample: 1
  • 1 maillot de bain
  • 1 pull léger
  • 1 K Way
  • 1 gros pull
  • 4 T Shirts
  • Sous vêtements

Ce qu’on nous disait être indispensable mais qu’on a préféré pas prendre:

  • Moustiquaire
  • Guide du routard – on en a utilisé un que pour le Rajasthan
  • anti paludisme: J’ai essayé de le prendre mais après deux semaines j’avais tellement mal au ventre que j’ai arrêté, et j’ai largement bien fait.

Oh Miracle: je suis partie de l’aéroport de Prague avec un sac à moins de 5,5 kg sur la balance. J’en profiterais donc pour remercier la nature de m’avoir dotée d’une intelligence largement supérieure à la moyenne, et d’une capacité à faire les bagages de maniéré on ne peut plus productive.

ligne separatrice

Sur place

Gestion du sac:

Je n’ai évidemment pas réussi à garder 5.5kg pendant deux mois. Deux fois, nous avons envoyé des colis par la poste indienne, par voie maritime. Les deux fois, très fiable. Les deux fois, inattendu.

DSC02533En fait, il faut trouver un gars dans le rue autour de la poste, qui va mettre les trucs à envoyer dans un carton, qu’il va ensuite couvrir d’un tissu… et s’occuper de l’envoi pour toi. spécial!

Budget:

Hors Ladakh, on a tourné à moins de 20 EUR/jour/personne (hôtels, transport hors avion, nourriture, boissons, cadeaux inclus): c’était donc bien moins cher que ce que nous avions anticipé. Il faut quelques jours pour s’habituer aux prix et apprendre à ne pas se faire enfler: On se retrouve vite à négocier comme des marchands de tapis pendant 15 minutes pour économiser 1 EUR, c’est assez drôle. Si le vendeur fait la gueule à la fin de la négociation, c’est qu’on a gagné!

Transports:

on se déplace en bus public ou en train pour les grands trajets, ça coûte rien, et c’est super bien desservi. A la gare, il y a toujours un estropié pour aider à trouver le bon véhicule.C’est dangereux? En bus, ouais un peu quand même, ils ne savent pas trop de quel côté de la route il faut conduire. C’est propre? Au début, c’est limite si je ne mettais pas une serviette sous mes fesses. Après deux semaines, habituée à la crasse, je dormais comme un bébé en bavant sur les sièges.

DSC02119

Le train en Inde, plutôt convivial!

Le train en Inde, plutôt convivial!

En ville, c’est rickshaws à fond les ballons.

DSC03451

Nourriture:

Voir page Inde

Hôtels:

Généralement, on ne réservait pas à l’avance. On a clairement préféré les logements backpackers: bel hôtel uniquement à Udaipur. N’hésitez pas à négocier les prix des chambres.

Être une fille blanche en Inde: mi-déesse, mi-grosse cochonne

Je pensais que j’aurais peur d’être agressée à chaque coin de rue, alors qu’au final, je me suis jamais sentie en insécurité: d’abord, je fait une tête de plus que tout le monde. Ensuite je voyageais avec mon héros, Mathieu, qui lui en faisait 2 têtes de plus. Après, quand ils regardent de manière insistante, généralement j’allais leur expliquer que ça me saoulait, et ils arrêtaient tout de suite. Parce que oui, ils matent avec des regards de bovin continuellement, et c’est giga relou. Mais encore une fois pas si menaçant.

Ma tenue typique!

Ma tenue typique!

Il faut dire que les indiens ont une image de la femme blanche un peu particulière, véhiculée par:

  1. Bollywood: dans la majorité des films, Banche-Neige est soit une putain, soit une toxico, soit une demeurée.
  2. Les vidéos porno sur internet: quand un indien à 20 roupies à dépenser au Cyber Café, il y a des chances que ce soit pour aller voir des trucs cochons, et l’actrice s’appelle plus souvent Tatiana que Somabali.
  3. Les touristes: ben c’est vrai qu’il y a quelques touristes, très innocemment j’entends, qui s’habillent de manière indécente pour un indien (épaule découverte, mini jupe, maquillage à outrance…). De plus beaucoup de touristes féminines flirtent allègrement avec les jeunes locaux, ce qui véhiculent une image de fille facile.

Une anecdote récurrente rigolote: les indiens aiment prendre les blancs en photos, j’en ai déjà parlé sur la page: Inde. Souvent, un indien venait voir Mathieu pour lui demander de prendre une photo avec lui. L’indien et Mathieu posent, puis les potes du gars rappliquent. Ensuite, la stratégie du chien de talus consiste à demander à Mathieu si sa copine (moi) peut venir sur la photo. Si je dis oui, généralement, ils se démerdent pour me placer le plus loin possible de Mathieu, et lorsqu’on voit le résultat sur la photo recadrée, il n’y a plus que un indien et moi!!

En tout état de cause, rien de bien méchant au final.

ligne separatrice

Conclusion du séjour

Un voyage en inde par rapport à un voyage dans un autre pays, c’est un peu comme comparé un concert d’André Rieu avec une rave party.

Si je devais résumer en une phrase:

C’est le voyage ou j’ai le plus appris de ma vie, et je dis bien “voyage”, et pas “vacances”.
Ce qui est sûr, c’est que c’est un peu extrême, mais ce n’est quand même pas aussi terrible que ce que certains de mes copains me disaient (après je n’ai pas fait Calcutta qui parait-il est bien plus trash): on ne voit pas toute la journée des lépreux, ou des cadavres à même la rue, il peut y avoir des cafards mais ce n’est pas la mort non plus, si on négocie tranquillement il n’y a pas de problèmes pour faire affaire, Delhi, en fait c’est plutôt cool…

J’irai même plus loin, c’est un pays qui nous donne de bonnes grosses leçons d’humilité:

  • accepter son sort (à la fin du séjour, je ne me plaignais plus que le bus soit 2 heures en retard),
18h de train sans place assise, merci a cette famille qui a bien voulu nous laisser une petite place! Ils avaient reserve 4 couchettes pour 20 personnes...

18h de train sans place assise, merci à cette famille qui a bien voulu nous laisser une petite place! Ils avaient réservé 4 couchettes pour 20 personnes…

  • aller vers l’autre (j’acceptais les invitations d’inconnus à manger chez eux sans penser qu’ils allaient me dépouiller ou m’écarteler)
Invites dans une famille a Kumarakom!

Invites dans une famille a Kumarakom!

  • s’adapter (je mangeais dans les stands de rue avec les doigts),
  • avoir confiance en moi (si le prix ne me convenait pas, je m’en allais, sans avoir peur de ne pas trouver ce que cherche, les hôtels étaient quasiment jamais bookés à l’avance)
  • accepter des valeurs qui peuvent paraitre choquantes (je me suis surprise à expliquer calmement pourquoi je ne voulais pas montrer à un jeune indien comment on fait des bébés, je n’ai pas engueulé un indien qui fumait des clopes toute la journée assis sur une chaise au lieu de ranger sa chambre pleine de toiles d’araignées – il ne voyait pas où était le problème)….
  • Proverbe Wikipedia “Tout Européen qui vient en Inde gagne de la patience, s’il n’en a pas ; et il la perd, s’il en a.“: bon ben pour moi ça a été jackpot…

Bref je crois que j’ai réussi a vivre l’Inde de maniére relativement sereine, et je recommande vivement ce voyage, qui certainement vous étonnera à donf, et peut être même vous émerveillera. Je pense qu’il vaut mieux le faire à l’arrache, qu’en voyage organisé, qui emmene les touristes dans les coins touristiques où effectivement le contact avec les locaux est franchement déplaisant.

Maintenant, c’est clair qu’après plus de deux mois en Inde, j’étais contente de quitter le moyen-age et de retrouver les passages piéton, le saucisson et le XXe siècle.

Centre ville de Delhi...

Centre ville de Delhi…

Perdu au ladakh, oubliez l'electricite et la PS4

Perdus au Ladakh, oubliez électricité et la PS4

Je dois dire aussi que le choc culturel fut plus important au retour, une fois posée pour réaliser tout les trucs insensés, délirants, bizarres, choquants qu’on a vécu. En effet, sur place en Inde, pas de pitié pour les pauvres, pas de pitié pour les gens qui rangent pas leur chambre, pas de peur le soir quand il n’y a plus de lumières dans les rues (enfin un peu quand meme), pas de dégout de voir des petits cafards, on est pris dans l’ambiance et on s’adapte.

On a atteint 25 personnes dans et sur cette voiture, pendant une heure, hallucinant!

On a atteint 25 personnes dans (et sur) cette voiture, pendant une heure, hallucinant!

Bref, voila un pays qui a chamboulé complément certaines de mes certitudes et qui m’a appris qu’une autre sorte d’humanité pouvait exister sur terre, ni pire ni meilleure, juste différente, et ça fait du bien!

Venez avec moi, dans nos aventures en Inde: On commence au KeralaImage1fdgfg