BAKO NATIONAL PARK

DSC_0180

GÉNÉRALITÉS

Pays: Malaisie

Voyage: Juin 2014 / 2 jours

Période recommandée:  Juin/Juillet/Août

Durée recommandée: 2 jours

Budget: $

Itinéraire de Ganache:

ligne separatrice

ASPECTS PRATIQUES

Transport: Avion Johor Bahru ↔ Kuching, Air Asia: 70 SGD l’aller-retour, et vlan! Singapour Johor Bahru : prévoir large. Aller à la frontière de Woodlands, avec les bus 160/170 ou Causeway Link (les bus jaunes) ou taxi. Traverser le pont en montant dans n’importe quel bus. De l’autre côté de la frontière, à JB Sentral, il y a un bus qui met 50 min pour aller à l’aéroport, ou prendre un taxi (50RM). Au retour, Air Asia met à disposition des navettes gratuites jusqu’a Kranji MRT Station. Trop rapide! Aéroport Kuching → Centre ville: taxi = 26RM. Kuching → Bako Village (embarcadère pour le parc de Bako): Bus N°1 toutes les heures, 3.5 RM, direct (voir arrêt de bus sur carte plus haut). Bateau Bako Village  Parc de Bako: 20RM, toutes les demi heures entre 8h et 11h à peu près. Bateau Parc de Bako → Bako Village: 20 RM, à 14h/15h/16h, à réserver depuis le parc. Bako Village  → Kuching: Bus ou navette ou taxi, à discuter sur place.

Logement: Kuching (1ère nuit): Berambih Lodge: très central, pas trop cher (50RM la chambre double simplette) et plutôt charmant. Bien pour backpacker. Parc de Bako: nuit dans un la forest lodge N°6. A réserver sur http://ebooking.com.my/. Je conseillerais de rester une nuit dans le parc, ne serait ce que que pour ce sentiment de frousse sauvage en rentrant du trek de nuit.

Restauration: Dans le parc, il y a une cantine qui fait super bien l’affaire pour tous les repas, trop cool.

A ne pas manquer: Les nasiques, trop rigolos, le trek de nuit et ses araignées géantes, trop mignoooooonnes, jeter des cailloux aux macaques qui tentent de vous défiez du regard, prendre un cappuccino frappé et une part de cheese carrot cake dans un des bars super trop trendy/arty du nouveau quartier chinois de Kuching…

Kuching

Kuching

Plus d’infos pays: par ici

ligne separatrice

RÉCIT

1er Jour

Bornéo, la 4ème plus grosse île du monde, c’est ça:

borneo-62864_640

Et le point rouge, c’est moi, le temps d’un weekend,

Et les gros nuages, c’est de la fumée, parce que les malaisiens comme les indonésiens comme les brunois (habitants de Brunei) aiment bien tout brûler, surtout la forêt vierge, pour en faire des champs d’huile de palme. Après la fumée, elle part à Singapour, exprès pour nous faire saouler, parce que les malaisiens, comme les indonésiens comme les brunois (habitants de Brunei je rappelle) aiment bien nous taquiner.

Arrivée à Kuching, capitale du Serawayak, la région Ouest de Bornéo. vous vous attendiez à genre ça:

loincloth-156052_640

Ben au final vous arrivez à Kuching et vous avez ça:

pub

Je vous jure, ça choque un peu!

Après une bière dans un bar lounge plus trendy, plus cool, plus fashion-arty, plus anglophone et plus pompeux hipsters que tout ce que vous pouvez trouver en Asie, on part se coucher, pour se lever à l’aube et enfin trouver ce qu’on était venu chercher: l’aventure.

Trajet en bateau vers le parc de Bako: le village de Bako tranche avec le côté hipster de Kuching, avec ses barques colorées, ses maisons en bois sur pilotis, sa rivière,ses panneaux “ attention aux crocos” et avec ses déchets/sacs plastiques un peu partout: la petite touché locale, je dirais.

DSC_0003DSC_0001

L’arrivée dans le parc est très scénique! Une île-montagne en face, une jungle dense, une plage interminable, des bâtiments en taule en guise de “rangers headquarters”, et un super cochon, cool!

DSC_0011DSC_0027DSC_0188

On se dit qu’on part à l’aise pour le tour de 5.8km, le LINTANG trek, et ensuite on verra…

Grosse erreur, j’ai pleuré quasiment tout du long tellement j’étais dégoutée: c’est long, ça monte, il y a des racines d’arbres qui font mal aux pieds partout, il y a plein de bêtes volantes, il fait ultra chaud: bref, je suis vraiment une loser, surtout quand je vois des vieilles mémés me doubler…. Du coup je remets toute la faute sur Mathieu, c’est légitime, c’est lui qui a dit “oh ça va, tu vas arrêter de nous saouler, tu vas pas mourir!… On continue”

DSC_0041DSC_0170

Heureusement c’est quand même beau et varié.

DSC_0039DSC_0090DSC_0072DSC_0079

Après 4-5 heures pour 5.8 kg, on revient au camp. Sieste non négociable. On se réveille juste avant le coucher du soleil, au doux bruit des macaques et des générateurs, et on part pour le point de vue SAPI:

DSC_0095

On entend alors des bruits: surement des nasiques, ou proboscis en anglais… OUAIS C’EST CA! “tu vois la forme là-bas à trois cents mètres? Mais siiii, la truc minuscule derrière des milliers de branches!! Mais siiii, je te jure c’est un nasique! Ah, tu le vois là!” on reste là, pendant 15 minutes a regarder un point orange informe et super loin qui fait du bruit en se baladant d’arbre en arbre, super genial et super extraordinaire.

Au fait, c’est quoi un nasique?

Famous-characters-Comic-strips-Tintin-Rastapopoulos-37912.png

On est trop fiers d’avoir vu les nasiques, ces singes en voie d’extinction certainement si sauvages qu’ils ne se laissent voir par des humains que si leur âme est pure, bref pas donné à tout le monde….

Sauf que, en arrivant au camp, ils sont des dizaines de nasiques dans les arbres à moins de 5 mètres des appareils photos des autres visiteurs… Et moi qui croyais que finalement Mathieu avait une âme pure, je peux être si naïve parfois…

DSC_0111

DSC_0114

Après un super coucher de soleil, on a une excellente idée: et si on s‘inscrivait pour un trek de nuit sur le ASSAM? Ouais bonne idée, il vient justement de se mettre à pleuvoir des cordes…

DSC_0103

DSC_0139

A 21h, départ, sereine.

A 22h30: retour, sur mes gardes, sensible au moindre souffle, au moindre bruit. Mais que s’est il passé? ça:

green-mamba-174351_640

Des serpents! Et où ils sont les serpents: dans les branches, au dessus de nos têtes! Et pourquoi ils sont dans les branches? Parce-que si ils étaient sur le sol, ils se feraient bouffer par des cobras ou des pythons! Et pourquoi ils vont pas sur des rochers? parce-que sur les rochers, il y a des araignées grosses comme ma tête! Et pourquoi les araignées elles sont sur le rochers? Parce qu’elles peuvent chopper avec les immenses pattes et leur venin des cafards gros comme mon pouce! et pourquoi les cafards ils vont sur les rochers? parce que sur les plantes et au sols, il y a des grenouilles bleues pétard et vénéneuses…

spider-195871_640

Autres réjouissances? Des champignons fluorescents la nuit, des lémuriens volants, des poissons chats dans des flaques d’eau, et encore et toujours des macaques qui méritent bien une petite photo…

DSC_0122

2 ème jour

on se contentera des treks PAKU et PENDAN KECIL

Encore difficile, mais jolie récompense au bout de Kencil:

DSC_0046DSC_0153DSC_0152

Sur le chemin, on voit plein de plantes bizarres, carnivores ou juste jolies. Selon Wikipédia, “Bako recèle quasiment de la totalité des variétés végétales présentes sur l’île de Bornéo, avec plus de 25 types de végétation provenant de 7 écosystèmes complets : végétation des plages, végétation des falaises, « kerangas » ou forêt de bruyère, mangrove, « padang » ou prairies, et forêt marécageuses.”

DSC_0145DSC_0077DSC_0053DSC_0056

Sur le retour, on a la chance de voir des colobinae argentés, dont les bébés sont dorés et les adultes ben argentés du coup (voir la photo d’en tête de la page). Les mamans aiment si fort leur bébé qu’elle le garde sur leur ventre aussi longtemps que possible, et, minute triste, le garde sur le ventre même si le bébé est mort, jusqu’à ce que l’odeur devienne insoutenable, par amour, seulement.

DSC_0185

Il est alors temps de rentrer, encore quelques images de ce weekend riches en émotions!

DSC_0177DSC_0125

DSC_0055DSC_0006DSC_0073

Un commentaire? Un message? c’est par ici.